DOSSIER DU MOIS : Le costume médiéval au XIè siècle

 


L’antiquité gréco-romaine a influencée le costume du moyen-âge. Durant 10 siècles on ne constate pas d’évolution marquante.

Il se caractérise par l’uniformité des vêtements communs aux hommes , femmes , laïcs et religieux.
La culture chrétienne semble avoir ainsi réussi à imposer son caractère universel . Toutefois, à
partir du VIIè siècle de nombreux ordres figent l’évolution du costume religieux , marquant
alors sa divergence avec le costume laic , lequel évoluera vers une recherche de fantaisie et une
évolution de style très marquée à partir du XIIème siècle notamment.

La principale source d’information que nous ayons pour définir le costume du XIème siècle est la
TAPISSERIE DE BAYEUX, cependant seules 4 femmes de haut rang y sont représentées.

Il se compose :
D’une
CHAINSE : chemise (longue chez les femmes).

D’un
BLIAUD : tunique droite , plus longue chez les femmes et serrée à la taille par une ceinture.
Ce bliaud d’abord court pour les hommes s’allongera pour devenir long et ajusté à partir du 12 è
siècle.

Les
BRAIES : Pantalon hérité des gaulois , long ou court ( genoux) . Les femmes devaient en porter
également, mais nous n’avons pas de représentation les concernant. Plutôt étroit chez les nobles et
maintenu serré aux mollets par des bandes molletières, il est représenté souvent plus large chez le
paysan.

Les
CHAUSSES : sortes de chaussettes avec ou sans pieds pouvant être complétées par des bandes
molletières qui peuvent aussi maintenir en place des peaux de bêtes protectrices.

Le
MANTEAU : longue cape, était réservé aux nobles et maintenu par une broche : le fermail, sur
le côté pour les hommes.

La
CAPE : plus ou moins courte, était le vêtement de pluie porté par toutes les classes sociales.

Les paysans portaient parfois un bliaud avec capuche: le
SAYON , ainsi qu’un petit capuchon
(petite cape avec capuche) dont la pointe sera exagérément allongée à partir du XIIème

La
BROIGNE : correspond au vêtement de protection de cuir et de métal porté par les chevaliers
en temps de guerre.



LES TISSUS :         

Ils sont généralement tissés, mais la feutrine est parfois utilisée.

La laine tient une place prépondérante dans la confection de l’habillement .

La soie était en usage pour les classes aisées grâce au commerce avec l’orient.

Le lin utilisé depuis l’antiquité, servait au tissage d’étoffes plus ou moins fines pour la confection
des chainses , braies.

Le coton commence a être importé d’Egypte : la mousseline de coton servait à la fabrication des
voiles.

Le chanvre est le textile des rustres.

Les couleurs éclatantes: rouge, bleu, vert, jaune, noir, étaient recherchées et certaines rares et
couteuses.

Les humbles utilisaient les teintes végétales locales et se contentaient de coloration plus neutres.
Les tissus étaient également utilisés à l’état naturel.

On a gardé des gaulois le goût pour l’alternance des couleurs , notamment des bandes horizontales.
Des braies rayées sont représentées sur la tapisserie de Bayeux.

LES COIFFURES

L’iconographie représente les femmes de cette époque portant des cheveux longs libres ou
attachés (sans frange) .

Les dames nobles portaient le plus souvent le voile : voile-manteau, voile simplement posé, voile
avec bandeau frontal, voile drapé sur l’épaule, voile croisé sous le menton formant guimpe puis
retombant sur les épaule.

Les femmes anglo-saxonnes de la tapisserie de bayeux sont représentées avec cagoule souple et
large , enserrant les épaules, avec ou sans bandeau sur le front.

Les servantes portaient aussi des voiles plus courts et moins fins, les cheveux pouvaient aussi
rester libres avec un bandeaux frontal ou un bandeau tressé avec les cheveux .

L’écharpe simplement posée sur la tête avec un pan ou deux rejeté(s) sur l’épaule ou écharpe
enserrant la tête et dont les pans sont noués sur le côté semble être une coiffure courante pour les
humbles: servantes , paysannes.

Les hommes étaient tête nue. Les saxons portent les cheveux coupés très bas sur le cou et la
moustache. Les normands au contraire ont la nuque rasée.

LES CHAUSSURES

La sandale en usage chez les gallo-romains est délaissée pour les chaussures.
Au début de l’époque romane on utilisait les peaux de bête avec bandelettes montant le long de la
jambe. Puis ont été portées les chaussures de cuir ou de tissu plus ou moins montantes dont nous
retrouvrons les modèles très précis dans le rapport de fouille concernant le village lacustre de
Paladru.

Les paysans ne portent pas toujours des chaussures ou portent des chausses plus ou moins hautes .
Viollet le Duc présente des socles de bois avec lanières de cuir protégeant ces chausses.

Une mode de chaussures ayant une forme très particulière à bouts retournés portaient le nom de “
Pinaches”

D'après recherches réalisées par M.A BOISBOUVIER 1995

PAGE D ACCUEIL